road trip
Nîmes + Les Cévènnes

Avril 2013

Le voyage se situe parfois aux portes de chez soi. De Montpellier, Nîmes et les Cévennes sont à deux pas et pourtant le de dépaysement est progressif et garantis. Nîmes d’abord, et ses arènes romaines, formidable et impressionnant vestige de cette civilisation. Puis le Parc national des Cévennes, sauvage, naturel, minéral et si authentique. Vous êtes prêt pour le voyage ?
602 km en 5 jours avec Xavier , Gaetan, Anaïs et Erwan

198

photos

Nîmes

Les Arènes les mieux conservées d’Europe. Nîmes offre là une trace de la plus grande civilisation européenne de l’Antiquité. Cela lui vaut le nom de « rome française ». Jusqu’à la fin du 18ème siècle, 230 maisons formait un quartier pauvre dans l’enceinte même des Arènes !
Parcouru de vestiges romain, le vieux centre de Nîmes est aussi une promenade agréable dans cette ville méditerranéenne qui cherche à se renouveler en faisant appel à de grand architectes pour ces nouvelles créations.

Les Cévènnes

Parc naturel national, Les Cévennes fascinent. A la fois sauvage, terriblement naturel, et authentique, la vie dans les Cévennes est une vie dure, cachée, mais une vie vraie, avec un caractère cévenol qui n’est plus à prouver. Immersion dans une des régions naturelles les plus préservées de France.

Florac

A la croisée des causses, Florac est une ville encaissée, en bas de remparts naturels fait de falaise.
Centre du parc naturel des Cévennes, la ville héberge sa maison.
C’est aussi, comme beaucoup dans les Cévennes, une ville riche en histoire religieuses. Elle possède un temple et une église, signe de la cohabitation des deux cultes malgré la faiblesse en nombre de la population.

L’Aven Armand

Une salle principale au large volume. 197m de hauteur, large de 60m et longue de 100m.
Bienvenue à l’Aven Armand et pour une visite féérique.
Une grande forêt de stalagmite en mode pile d’assiettes à travers laquelle on déambule, petit et jeune par rapport à ces mastodontes formés par la patience de l’eau.

Le Mont Aigoual

Référence de ma jeunesse. Le Mont Aigoual comme un phare au sud des Cévennes, avant de descendre vers la Méditerrannée. Visible depuis le Pic saint-Loup, à 1565m d’altitude, il fait la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et l’atlantique, pourtant à 70km seulement de la premiere.
Sa station météo, encore habitée, est balayée par les vents toutes l’année. Mais d’ici, le panorama vous amène jusqu’aux Alpes, et sur 360°.

Réagissez, partagez !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller plus loin !